Maen Roch, histoire d’une Commune nouvelle

Saint-Brice et Saint-Étienne en Coglès : une Commune nouvelle pour un avenir commun

 

Maen Roch est née de la volonté se rapprocher de deux communes, Saint-Brice et Saint-Étienne en Coglès, situées à seulement 3,5 kilomètres l’une de l’autre. Retrouvez sur cette page les principales étapes qui lui ont permis de voir le jour le 1er Janvier 2017.

Le 29 août 2016, l’Arrêté préfectoral validant la création de la commune nouvelle Maen Roch a été signé.

Réunion publique

Le 22 avril 2016, les deux communes ont organisé une réunion publique à la salle de la Brionnière afin d’informer les habitants et de pouvoir répondre à leurs questions

En préambule les foyers des deux communes ont reçu une lettre d’information.

Madame Françoise Gâtel, Maire de Châteaugiron et Présidente de l’Association des Maires d’Ille et Vilaine et de Monsieur Thibaut Guignard, Maire de Ploeuc-L’Hermitage, ont apporté leurs témoignages.

QueL NOM POUR LA COMMUNE NOUVELLE ?

  • en mars 2016, Briçois et Stéphanais ont été invités à déposer des suggestions de noms dans des urnes dédiées et disposées dans les deux mairies.
  • 83 propositions ont été dépouillées, le groupe de travail Communication constitué d’élus des deux communes historiques en a retenu 6 dont 3 ont été retenus par les deux conseils municipaux : Maen Roch – Coglance – Les Hauts de Bretagne.
  • les 13 et 14 mai, les habitants des deux communes ont pu donné leur avis en participant à une consultation citoyenne.
    • Les collégiens étaient également invités à y participer. Des élus des deux communes se sont rendus les 29 avril, le 3 et 10 mai dans les deux établissements afin de leur expliquer les enjeux de la Commune nouvelle et l’importance de leur participation.

MAEN ROCH… sera le nom de la commune nouvelle
En gallo, cela signifie « La ronde des pierres »

Outre le fait que l’exploitation du granit fait encore aujourd’hui partie intégrante de l’économie locale, l’association du breton et du gallo assure un lien avec nos racines. Il y a dans ce nom la symbolique de ce que nous nous sommes en train de construire et une indéniable sonorité poétique et moderne.

 QUEL GENTILÉ POUR LES HABITANTS DE MAEN ROCH ?

  • Définition du gentilé : nom donné aux habitants d’un lieu géographique.
    • Il est généralement dérivé du nom du lieu : Paris / Parisien(ne) mais il peut également être très différent : Charleville-Mézières / Carolomacérien(ne)
    • Majuscule ou pas de majuscle ? : On y met une majuscule lorsqu’il est employé comme nom (ex. : les Maenroquois), il n’y en a pas lorsqu’il est employé comme adjectif (ex. : les bourgs maenroquois)…
      • on peut alors le placer au scrabble (19 points + 50 pour le scrabble = 79 points!).

La commission Communication a travaillé sur la question et a proposé lors du conseil municipal du 13 mars 2017, trois choix sur lesquels les conseillers présents ont été invités à se prononcer à bulletin secret.

Maenroquois(e) : 21 votes • Maenrochois(e) : 9 votes • Maenroquien(ne) : 3 votes  • Votes nuls ou blancs : 5

  • Pourquoi ces trois propositions ?
    • Le nom de la commune devait rester identifiable
    • La sonorité du gentilé au masculin comme au féminin
      • si Maenroquois(e) suscite quelques réactions, qu’en aurait-il été de Maenroquais(e) ou encore Maenrochien(ne)?… ou encore Pierrafeux comme suggéré dans Ouest France!
  • Pourquoi le gentilé n’a-t-il été pas décidé en même temps que le nom de la commune nouvelle ?
    • Tout simplement parce qu’alors la question ne semblait pas prioritaire. Les propositions auraient sans doute été identiques.

Quoi qu’il en soit, il fallait un gentilé commun aux Briçois et Stéphanais, c’est maintenant chose faite!